L’Émission #4/24 avril 2019

Bienvenue ! Au sommaire : « L’Adieu à la nuit », « Duelles », « Santiago Italia », « Mid90s »

André Téchiné est un des réalisateurs majeurs du cinéma français. Chaque film qu’il fait apporte quelque chose. Avec « L’Adieu à la nuite, il retrouve Catherine Deneuve pour la huitième fois et Kacey Mottet Klein pour la deuxième fois.
André Téchiné aborde un thème brûlant d’actualité: le djihadisme et c’est pour moi, le meilleur film sur ce sujet. Primo, parce que le réalisateur fait simple, n’assène pas des vérités, il ne juge pas, il constate. Deuxio, parce qu’il y a un bon casting, tous apportent leur pierre à l’édifice.
Catherine Deneuve joue une grand-mère, propriétaire d’un centre équestre découvrant que son petit-fils, joué par Kacey Mottet Klein, veut partir faire le djihad, accompagné de sa petite amie interprétée par Oulaya Amamra. Un quatrième personnage intervient dans le film : Bilal, celui qui va les envoyer les deux jeunes vers la Syrie, il est joué par Stéphane Bak. Leurs destins vont s’entrecroiser le temps de quelques journées de printemps.
Un film nécessaire en ces temps où l’hydre djihadiste semble éradiquée mais méfions-nous de l’eau qui dort.

Adapté du roman « Derrière la haine » de Barbara Abel, « Duelles » est signé par le belge Olivier Masset-Depasse. C’est un thriller psychologique sur fond de drame familial ou comment l’amitié entre deux meilleures amies va être mise à l’épreuve à la suite d’un tragique événement.
Clairement, c’est un film en hommage à Alfred Hitchcock pour le suspense, la blondeur d’une de ses héroïnes et aussi à Douglas Sirk pour l’ambiance fin des années 50. Problème, le château de cartes patiemment construit va vite s’écrouler. Manque de subtilité, récit surligné par la musique et entassage d’événements tragiques sans aucun souci de crédibilité.
Aussi pour le réalisateur, c’est d’avoir choisi les bonnes comédiennes : Anne Coesens et Veerle Baetens mais de ne pas leur avoir donné le bon rôle. Veerle Baetens, la meilleure actrice flamande, aurait dû être la méchante, elle a plus de surface de jeu pour cela, Anne Coesens apparaît trop gentille. Dommage !

Le 11 septembre, ce n’est pas que l’écroulement des deux tours du World Trade Center, c’est aussi en 1973 la mort de Salvador Allende à l’issue d’un coup d’État mené par Augusto Pinochet avec l’aide des Etats-Unis. Après cet événement, des opposants Chiliens se sont réfugiés à l’Ambassade d’Italie à Santiago.
C’est le point de départ du documentaire de Nanni Moretti, le réalisateur multi-récompensé. Même si c’est un point de vue italien, il est intéressant de se replonger dans cette page d’histoire.

Mid90s est le premier long métrage de Jonah Hill, vu dans « 21 Jump Street », « 22 Jump Street » ou encore dans « War Dogs ». C’est une sorte d’étude de caractères dans le milieu des skaters, un énième « Kids » de Larry Clark. Je n’ai pas accroché du tout.

A la prochaine !