L’Émission #11/19 juin 2019

Bienvenue ! Au sommaire: « Nuits magiques » de Paolo Virzi, « Vox Lux » de Brady Corbet, le documentaire « The Biggest Little Farm » de John Chester et quatre sorties DVD .

De Paolo Virzi, j’avais fort apprécié « Les Opportunistes » et « Folles de joie », donc, « Nuits magiques », son dernier film, me faisait très envie.
Nous sommes en 1990, l’Italie affronte l’Argentine en demi-finales de la Coupe du monde et pendant que la Squadra Azzura se fait éliminer aux tirs au but, une voiture tombe dans le Tibre, à son bord, un producteur que l’on retrouve mort. Le point de départ d’un film nous emmenant dans un hommage aux derniers grands noms du cinéma italien, à travers les tribulations de trois jeunes scénaristes, l’un sicilien, l’autre toscan et la dernière, bourgeoise romaine.
Tout cela aurait pu me plaire. Malheureusement non ! D’abord, j’ai trouvé le film long, plus de deux heures, ensuite, l’enchevêtrement des séquences n’a franchement pas aidé à ma compréhension, de sorte que, par moments, j’ai perdu le fil.
Vous l’avez compris, je ne vous conseille pas ce film tout en vous disant que le cinéma a ceci de bien, c’est que si avez cent spectateurs dans la salle, vous aurez cent avis différents et que de là, naît la discussion.

Il arrive que voir un film puisse être une épreuve. Le regarder de bout en bout est particulièrement ardu du fait qu’à tout moment, on est pris d’une envie irrépressible de partir. Écrit et réalisé par Brady Corbet dont c’est le deuxième long métrage, « Vox Lux » est un film comme ça. On y relate la perte d’innocence puis la déchéance spirituelle d’une chanteuse adolescente qui, devenue jeune femme, se transforme en vedette-monstre, au propre comme au figuré. Cela, sur fond de tuerie scolaire, au passé, puis d’attentat terroriste, au présent. Tout cela aurait pu être bien dans les mains de quelqu’un d’autre mais ce n’est pas le cas…

Une vraie bouffée d’air frais que « The Biggest Little Farm », du genre qui donne envie d’à nouveau se dire que l’humanité a un avenir si tout le monde y mettait un peu du sien. Ici, tout part de la rencontre de John et Molly avec le chien Todd. Celui-ci va les inciter à se lancer dans la grande aventure de leur vie : s’occuper d’une ferme.
Pendant huit ans, on va voir comment d’une terre complètement asséchée, ils vont arriver à en faire une sorte de paradis. Cela se fera en respectant le rythme des saisons, sans produits chimiques.
« The biggest little farm » est un documentaire parfaitement réalisé et immersif qui surtout nous rappelle l’importance de retrouver le sens juste des choses, de savoir s’adapter face aux nombreuses difficultés. Il est impossible de ne pas se plonger dans ce documentaire. Vous en ressortirez vivifiés comme je l’ai été.

Sorties DVD : « Les Drapeaux de papier » de Nathan Ambrosioni que j’ai vu au dernier FIFF à Namur et qui n’est jamais sorti en Belgique, « La Favorite » de Yorgos Lanthimos, un des films de 2019, « Marie Stuart Reine d’Ecosse » ou la confrontation de deux femmes : Marie Stuart et Elizabeth 1ère, « Une intime conviction » d’Antoine Raimbault avec un Olivier Gourmet en grand forme.

A la prochaine !