L’Émission #13/4 septembre 2019

 

Bienvenue ! Pour ce premier rendez-vous de la saison 2019-2020, je vous propose « Inséparables » de Varante Soudjian, « Fête de famille » de Cédric Kahn ainsi qu’un retour sur quatre films qui m’ont marqué cet été : « Diego Maradona » d’Asif Kapadia, « Varda » par Agnès d’Agnès Varda, « Der Goldene Handschuh » de Fatih Akin et « Once upon a time in Hollywood » de Quentin Tarantino.

J’avais quelques préventions avant de voir « Inséparables », une comédie française avec un réalisateur que je ne connaissais pas, des acteurs pas hyper-connus. Au final, je me suis bien amusé pendant 90 minutes.
L’histoire, c’est celle de Mika, un petit escroc, joué par Ahmed Sylla, qui se retrouve en prison, avec pour camarade de cellule un cinglé de la Russie surnommé Poutine, joué par Alban Ivanov. Une fois dehors, Mika se range des voitures, oublie son co-détenu mais au bout d’un moment, il va retrouver sur son chemin le fameux Poutine.
En fait, ce film a une histoire originale, un scénario structuré, les gags sont bien dosés même si c’est du déjà vu et la fin n’est pas bâclée. J’ai aussi apprécié l’opposition de styles et de jeu entre Ahmed Sylla et Alban Ivanov. Bref, un agréable moment !

Un début peu convaincant, une toute fin sans intérêt, entre les deux, une famille se chamaille, se dispute à la suite de l’arrivée inopinée de Claire, la fille aînée.
Cédric Kahn, à la fois réalisateur et acteur, se loupe quelque peu dans « Fête de famille ». Il nous propose une galerie de personnages à peine esquissés, peu sympathiques qu’on n’a aucune envie de suivre. Seule Emmanuelle Bercot, Claire, a un rôle consistant mais seulement elle l’hystérise tellement que cela en devient énervant. Et aussi quel est le sujet ? La famille, la maladie mentale, les histoires d’argent, on s’y perd.

Avec « Amy », Asif Kapadia m’avait scotché. Avec son dernier opus « Diego Maradona », il m’a carrément collé au mur tellement ce documentaire m’a littéralement conquis. Dans la durée, c’est un match de foot avec prolongations et tirs au but. On ne regrette pas une seule minute, dès le début, on est pris, il n’y a pas un seul temps mort, en fait, comme la vie de Maradona.
Je classe illico ce film dans mon Top 10 de 2019.

* La réalisatrice Agnès Varda nous a quittés en mars dernier. Avant son décès, elle avait eu le bonheur de présenter son dernier film, « Varda » par Agnès, au Festival de Berlin: un documentaire sur elle-même. Elle y raconte sa conception du cinéma, le pourquoi et le comment de ces films. Pas une seconde d’ennui et une belle leçon de cinéma.

* « Golden Glove », en allemand « Der Goldene Handshuh » de Fatih Akin, évoque l’Allemagne des années 70, époque où j’ai vécu dans ce pays. Je ne connaissais pas cette histoire de tueur en série dont le réalisateur fait le portrait.
C’est glauque de chez glauque. Fatih Akin prend plaisir à se rouler dans la fange, à nous montrer une galerie de déclassés tous plus laids les uns que les autres, hommes comme femmes. C’est aussi la vision d’un quartier de Hambourg: Saint-Pauli, à l’époque quartier chaud de la ville portuaire, maintenant, le quartier le plus branché.
L’acteur principal Jonas Dassler est très impressionnant, il y va à fond dans son rôle.

* Le dernier Tarantino était attendu mais allait-il tenir ses promesses ? En fait, j’ai un sentiment mitigé, il y a de bons moments mais cela ne m’a pas autant botté que d’autres Tarantino.
Un des points forts, c’est la bande originale, elle rythme les scènes et permet de faire un état des lieux musical de l’année 1969. Autre point fort: la reconstitution minutieuse de l’époque avec les vêtements ad hoc ainsi que les coiffures, les voitures. Les décors sont travaillés dans les moindres détails et les accessoires.
Un point faible: la sous-utilisation de certains acteurs dont Al Pacino dont le passage est vraiment anecdotique ou encore Kurt Russel, même topo.
Pour finir, le personnage de Sharon Tate, interprétée par Margot Robbie, Tarantino en fait une histoire complètement différente de la réalité. Je n’ai pas vraiment apprécié cela, c’est insultant pour la mémoire de Sharon Tate, assassinée dans d’horribles circonstances.

Vous pouvez aussi retrouver 6néma et L’Emission sur d’autres plates-formes que SoudCloud : castbox.fm, fyyd.de, podtail.com, radiopublic.com, spotify.com et tunein.com

A la prochaine !